IoT, objets connectés et M2M : de quoi parle-t-on ?

Lumière sur les différences entre IdO, M2M et objets connectés

page.alt
  • IoT
  • Internet of things
  • Objets connectés
  • M2M

IoT, objets connectés et M2M :
de quoi parle-t-on ?

Selon l’IDC, le marché de l’Internet des objets devrait peser 1,7 milliard de dollars en 2020, soit une croissance annuelle moyenne de 17%. Tout l’enjeu est de saisir la différence entre les concepts qu’il englobe.


Les objets connectés et intelligents

Les objets connectés sont des objets électroniques sans fil dont la connexion à Internet ajoute une plus value pour l’utilisateur final, autrement dit nous !


Gartner prédit qu’on atteindra les 20 à 25 milliards d’objets connectés en 2020.


On entend par “objet” aussi bien une montre, qu’un bâtiment ou une voiture. Cependant, on peut les distinguer en deux catégories :

  • La domotique : équipement intelligent qui mémorise les préférences de l’utilisateur pour les appliquer en retour, comme un four connecté par exemple.
  • Les wearables : technologie connectée que l’on peut porter sur soi telles des lunettes, une montre, un podomètre, etc.

Le rôle des objets connectés est de stocker, traiter et transmettre des données selon Le Mercator. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les objets connectés sortent du schéma traditionnel d’une simple action/réaction. La réponse de l’objet peut alors devenir intelligente. Les données collectées sont interprétées et l’objet peut lui-même anticiper les besoins de son propriétaire.


IoT : une collecte virtuelle, des enjeux bien réels

L’Internet des objets (IdO) ou Internet of things, abrégé IoT, est le nom donné au réseau Internet qui met en relation le monde réel et physique avec un monde numérique, dématérialisé. L’IoT désigne donc la connexion d’objets, voire de lieux, grâce au réseau Internet. Cette technologie permet de collecter de nouvelles données au plus proche de l’usage des objets pour améliorer l’efficacité opérationnelle, faire des économies, créer de nouveaux services, etc.

Comment ça marche ? Chaque objet est identifié par une adresse IP et collecte des données via des capteurs pour les acheminer vers une plateforme de stockage en utilisant l’IoT. Les informations peuvent alors être partagées entre différents appareils comme une tablette, une montre… C’est l’IdO qui rend possible cette interconnexion entre objets en synchronisant les données collectées.

collecte IoT Processus de collecte des données par l’IoT


Par exemple, la serre connectée My food créé un environnement sur-mesure grâce à une application reliée à des capteurs qui permet de visualiser et régler à distance la température, l’humidité…


Le M2M, communication sans fil autonome

Le M2M ou Machine to Machine est un réseau qui relie des objets programmés pour interagir entre eux sans ingérence humaine en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Tout comme l’IoT, le M2M permet de gérer à distance les capteurs et objets connectés. Quelle est alors la différence avec l’IoT me direz-vous ?

Le Machine to Machine est une solution ponctuelle déployée pour des problèmes ponctuels. Il est utilisé comme système de surveillance de machines en industrie pour détecter les anomalies et exécuter des opérations spécifiques. Selon le Factory systèmes, le M2M ressemble à un gestionnaire de bureau qui reste en contact avec ses équipes opérationnelles pour remédier rapidement aux dysfonctionnements. Cela reste une métaphore puisque le M2M se passe sans intervention humaine.

Un bon exemple est celui des compteurs Linky mis en place par EDF. Le compteur enregistre les relevés de consommation et les transforme directement en facture faite par le fournisseur.

A l’inverse, l’IoT transmet des données à un maximum d’individus, sans s’attarder sur l’usage précis qui en sera fait par l’utilisateur final. Contrairement au M2M, les données sortent du système interne de l’entreprise et passent par Internet.


L’info à retenir

L’IoT est le réseau Internet qui fait transiter les données collectées par des objets connectées. Ces volumes de données sont un exemple du big data qui se généralise aujourd’hui. Le M2M permet quant à lui de relier des objets entre eux pour les faire communiquer sans intervention humaine.

Comment l’ensemble de ces données sont interprétées et restituées ? C’est là, par exemple, qu’interviennent les interfaces de visualisation de données. Preuves à l’appui et exemples concrets la semaine prochaine dans l’article “Le futur de la dataviz passera par les objets connectés”.