L’histoire d’Atelier Iceberg jusqu’à Matlo

Après trois ans d’existence, Atelier Iceberg devient Matlo, l’occasion pour moi de revenir sur notre histoire jusqu’à aujourd’hui.

page.alt
  • Atelier Iceberg
  • Matlo

L’histoire d’Atelier iceberg jusqu’à Matlo

Après trois ans d’existence, Atelier Iceberg devient Matlo, l’occasion pour moi de revenir sur notre histoire jusqu’à aujourd’hui.


Du statut d’étudiant au statut d’entrepreneur…

Thomas Dupeyrat et moi-même sommes étudiants à l’École de design Nantes Atlantique lorsque nous rencontrons Franck Ghitalla en 2009 au cours d’un séminaire sur la science des réseaux. Ce chercheur et spécialiste français de ce domaine nous communique sa passion à comprendre et à représenter les interactions qui existent entre les données. Lors de ce séminaire, je me dis que c’est un projet qu’on peut développer à côté des cours. Aujourd’hui, c’est devenu mon métier…

Captivé par le sujet, je deviens alors auto-entrepreneur pour travailler avec Franck sur le projet VisIR pour le Pôle Images et Réseaux. L’idée est de comprendre et de visualiser qui fait quoi, avec qui, sur quoi et où au sein du pôle de compétitivité. Ce travail de fourmi permettra au directeur du pôle de répondre à ses questions métiers pour donner une envergure nationale au pôle de compétitivité local. Sans m’en apercevoir, ce projet marque un réel changement dans ma manière d’aborder les données et le début de mes projets de visualisation de données (ou data visualisation) et de science des réseaux.

De 2009 à 2011, mon futur associé et co-fondateur d’Atelier Iceberg, Thomas Dupeyrat termine ses études à Montréal où il est chef de projet numérique pour Avant garde solution. Il y manage une petite équipe pour répondre aux commandes de grands comptes. Quant à moi, je rejoins l’antenne indienne de l’École de design à Bangalore pour terminer mes études. J’intègre ensuite Attoma, une agence de design parisienne en tant que designer UX/UI où je travaille sur des projets liés aux données principalement pour de grands comptes également.

Pour savoir comment évolue le domaine, je prends à nouveau contact avec Franck Ghitalla et nos échanges tournent rapidement autour de la visualisation de données, l’accès à la donnée et tout particulièrement à l’information. Il voit émerger de nouvelles demandes dans le monde scientifique : simplifier les cartographies de réseau qu’il produit pour mieux communiquer. Mon expérience, mon savoir-faire de designer et l’élan que Franck peut donner à de petites idées m’amène à créer mon agence de design spécialisée dans les données pour répondre aux nouvelles questions des entreprises. Je propose alors à trois personnes de me rejoindre dans ce projet : Franck Ghitalla pour ses compétences scientifiques, mon ami Thomas Dupeyrat, expert en visualisation et excellent chef de projet, et un autre ami, Léo Bonnargent, développeur autodidacte.

Avant la fin de nos études, nous identifions le marché et rencontrons les acteurs du domaine, des experts et de futurs clients. Diplômés le 6 décembre 2012, Thomas et moi créons Atelier Iceberg le 1er janvier 2013 dans son salon.


Le challenge de la 1re année d’Atelier Iceberg

Logotype Matlo

Dès le début, les objectifs sont clairs : prouver que la data visualisation n’est pas qu’un simple buzz word, comprendre notre marché et les nouveaux besoins des entreprises. Notre volonté est également de pouvoir rémunérer chacun d’entre nous et nous nous laissons jusqu’à la fin de l’année pour rendre notre entreprise viable.

Directement engagés auprès de grands comptes tels que L’Oréal, Engie, Orange ou Air Liquide, notre mission est de rendre leurs données lisibles et intelligibles. Grâce à un processus de design thinking, nous identifions les besoins clients afin de répondre ensemble à leurs problématiques de données. En nous lançant en tant qu’agence de design, nous mettons ainsi toutes les chances de notre côté pour collecter les différents retours et besoins de nos clients pour comprendre notre marché et identifier des pistes de développement avant de concevoir notre outil.

Rapidement les projets s’accumulent. Ils partagent tous une même problématique : la donnée doit être interactive et manipulable. Dès juin 2013, nous sommes enfin capables d’embaucher Léo Bonnargent, notre premier développeur à temps plein. Il rejoint ainsi officiellement l’équipe en tant que CIO.

Objectif atteint ! Nous terminons l’année à trois avec un chiffre d’affaires de 120 000€. Atelier Iceberg est lancé ! Quant à Franck Ghitalla, il reste notre conseiller scientifique et participe à l’essor de l’entreprise sans être salarié, un accélérateur de projet à lui tout seul.


Une reconnaissance qui confirme notre idée

Trophées de design stratégique 2014

En plus de la satisfaction de nos clients, nous recevons un prix aux Trophées de design stratégique en 2014 au Salon des Entrepreneurs à Nantes pour notre approche design sur les données et son application dans le monde professionnel. Une récompense qui conforte notre envie de créer un outil qui diffuse plus largement notre manière de faire de la data visualisation. Mais les entreprises en ont-elles vraiment besoin ?


Comprendre un marché naissant

Trophées de design stratégique 2014

Les 2e et 3e année de l’agence de design sont florissantes et nous doublons notre chiffre d’affaires tous les ans. Nous recrutons ainsi un nouveau développeur en juin 2014, Alexis Jacomy, spécialiste des rendus graphiques sur le Web et aujourd’hui CTO de Matlo, et Jérémy Lesceau en septembre 2015 suite à son stage en développement informatique.

Nous sommes à ce moment-là réellement reconnus en tant qu’expert de la visualisation de données uniquement grâce au bouche-à-oreille. Au fur et à mesure des projets que nous réalisons, nous nous rendons compte qu’il s’agit davantage de projets de restitution que d’analyse de données. Pourquoi ? C’est ce que nous demandons alors à des experts. De nombreux échanges avec nos clients et une trentaine d’entretiens plus tard, nous validons notre hypothèse.

L’analyse des données n’est désormais plus demandée à la Direction des Systèmes d’Information mais bel et bien à tout métier (marketing, stratégie, commercial, R&D, etc.). Ce changement de méthode a bouleversé le travail de chacun leur demandant de nouvelles compétences.

Ne sachant ainsi pas facilement et rapidement analyser leurs données, nos clients nous demandent de les mettre en valeur graphiquement. Cependant, ils font face quotidiennement à un vrai besoin : comprendre leurs données et les partager pour prendre de meilleures décisions grâce à un outil simple.

En 2015, c’est le retour d’un de nos clients qui déclenche en nous la volonté de faire évoluer Atelier Iceberg lorsqu’il nous demande : « pourquoi visualiser mes données si je ne les comprends pas ? »


La création de Matlo

Logotype Matlo

Ça y est, en juin 2015, nous sommes prêts et décidons de concevoir un outil qui permet une analyse des données simple et intuitive. Nous démarrons ce projet en parallèle des prestations de l’agence qui occupent la majorité de notre temps. Il va de soi qu’il est impossible de faire les deux choses en même temps.

En octobre 2015, nous cessons notre activité d’agence de design refusant désormais tout contrat pour se concentrer exclusivement sur le développement de Matlo.

Pendant 9 mois, nous cinq concevons et développons la version Alpha de Matlo. Ce développement sur nos fonds propres est un challenge. Nous devons aller vite pour minimiser les pertes financières et nous faire accompagner dans le changement de notre business model. Certains de la pertinence de Matlo, nous réussissons à convaincre Réseau Entreprendre Atlantique de nous soutenir, Thomas et moi, dans notre quotidien de chefs d’entreprise et BPI France pour une aide financière.

Grâce à ces accompagnements, nous dévoilons notre version Alpha le 1er juin et proposons à d’anciens clients, partenaires et amis de tester l’outil pour nous faire leurs retours et adapter l’outil rapidement. La version Bêta de Matlo qui sort aujourd’hui est donc améliorée et corrigée suite aux trois mois de travail qui viennent de s’écouler. Je suis persuadé que d’avoir créé Atelier Iceberg pour devenir Matlo nous a permis de connaître et d’appréhender notre marché pour lancer un outil dont nous sommes fiers, créé en réponse aux besoins que nous avons identifiés.