Le big data des territoires

Parole d’expert | Jacques Priol répond à nos questions sur l’usage des données publiques.

page.alt
  • Open data
  • données publiques
  • données personnelles
  • big data

Le big data des territoires

Jacques Priol

Jacques Priol, fondateur de Civiteo, répond à nos questions et nous explique son approche sur les données publiques à la veille de la publication de son livre « Big Data des territoires : les nouvelles stratégies de la donnée au service de l’intérêt général » (Éditions FYP).

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Jacques Priol, fondateur de Civiteo, une société de conseil pure player qui travaille sur la data dans la décision publique.


Quels sont les enjeux de vos clients ?

Nos clients, dépositaires de données, ont besoin de comprendre et d’anticiper les comportements des usagers d’un territoire. On retrouve parmi eux des acteurs de la gestion des territoires, des collectivités territoriales et des entreprises publiques et privées positionnées par exemple sur les secteurs de l’énergie, des transports et de l’aménagement urbain.


Quel usage faites-vous des données ?

Couverture le big data des territoires

Nous travaillons avec eux sur la manière dont on utilise les données d’intérêt général pour améliorer les usages de la ville et les fonctions d’un territoire ou comprendre les habitudes des habitants, les pratiques culturelles et touristiques par exemple. Nous travaillons avec eux sur leur stratégie de la donnée pour répondre aux questions suivantes :
• quelles données utiliser et pour quoi faire ?
• quelle données ouvrir publiquement ?
• quelles données acquérir et sous quelles conditions ?

Nous incluons toujours les questions de sécurité et de protection des données personnelles dans nos recommandations stratégiques car les données des usagers des collectivités publiques sont sensibles. Les acteurs publics, plus sans doute que les entreprises, doivent montrer l’exemple en adoptant un comportement loyal et de confiance envers les personnes qu’elles représentent.

Si la vulgarisation du terme big data est réelle,
la compréhension des nouveaux enjeux et usages de la donnée est à découvrir.


Quel est le niveau de maturité des acteurs publics à propos
des données ?

Leur niveau de maturité est plutôt disparate. Tous sont sensibilisés aux questions de sécurité et ont compris l’intérêt de maîtriser des données publiques sensibles. Mais, si la vulgarisation du terme big data est réelle et un peu à la mode aujourd’hui, la compréhension des nouveaux enjeux et des nouveaux usages de la donnée est à découvrir. Avec Civiteo, nous contribuons à diffuser une réelle culture data.


Avec quels exemples concrets pouvez-vous illustrer votre approche ?

Commençons par le sujet incontournable de la smart city. Il existe aujourd’hui des outils performants pour traiter les données de déplacement des gens, pour améliorer les systèmes de circulation et anticiper les incidents à travers des modèles prédictifs. Cela permet aux acteurs locaux d’inciter leurs usagers à utiliser les transports en communs en fonction de la météo ou d’événements par exemple. À partir des données disponibles, nous anticipons les aléas avec un haut degré de précision alors que la donnée aurait pu rester « dormante ».

Mais le big data trouve aussi des champs d’application nouveaux dans des domaines moins évidents comme pour modéliser et prévenir le décrochage scolaire ou des incidents de paiement de loyers par exemple.

Nous sommes quelques pionniers aujourd’hui de l’analyse des données publiques
mais nous avons la conviction que c’est un sujet qui va exploser.


Comment voyez-vous l’évolution du secteur public sur l’utilisation des données ?

Nous sommes quelques pionniers aujourd’hui de l’analyse des données publiques mais nous avons la conviction que c’est un sujet qui va exploser. Ne serait-ce qu’en raison de l’ouverture massive des données. La loi pour une République numérique oblige les collectivités de plus 3 500 habitants à ouvrir leurs données dès octobre 2018.

La chance que nous avons, c’est que des outils simples de compréhension des données comme la data visualisation se démocratisent en parallèle de notre démarche et permettent d’acculturer le marché en offrant des outils à portée de mains.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le livre « Big Data des territoires : les nouvelles stratégies de la donnée au service de l’intérêt général » (Éditions FYP) - parution le 14 novembre 2017, ou vous rendre sur le site de Civiteo.