Le mot de la semaine : cloud computing

Qu'est-ce que le Cloud ? Décodage de l'informatique en nuage.

page.alt
  • cloud
  • hébergement

Le mot de la semaine : cloud computing

Le cloud. Vous en entendez parler sans vraiment en saisir le sens ? Matlo vous explique le cloud computing.


Définition du cloud computing

Imaginez que vous êtes dans une médiathèque. Pour vous y retrouver, chaque CD et livre est rangé sur la bonne étagère dans le rayon du thème qu’il aborde. Et bien l’hébergement de données dans le cloud utilise le même principe.

Les hébergeurs web, comme les médiathèques, proposent des espaces de rangement et de stockage pour des fichiers (audios, vidéos, etc.) sur des étagères, alors appelées serveurs.

Le cloud computing, abrégé en cloud, est un mode d’hébergement où des éléments numériques sont stockés grâce au réseau internet sur des serveurs informatiques proposés par un hébergeur. Les éléments informatiques ne sont donc plus sauvegardés sur le disque dur de l’ordinateur mais sont accessibles via Internet.


Types d’hébergement Cloud

Littéralement informatique en nuage en français, le cloud computing se caractérise par sa grande souplesse d’utilisation. On peut distinguer trois types d’hébergement cloud :

  • Le cloud public, aussi appelé on demand, est un mode d’hébergement mutualisé où les serveurs de stockage sont partagés entre plusieurs utilisateurs.
  • Le cloud privé propose à ses clients un serveur dédié qui ne stocke que les éléments d’une population spécifique. Ce serveur privé peut aussi être installé en interne de l’entreprise grâce à une connexion privée VPN, c’est qu’on appelle une instance on-premise.
  • Avec le cloud hybride l’objectif est de combiner le meilleur des deux solutions, publique et privée.


SaaS, IaaS, PaaS : différences

Au delà de ces structures d’hébergement, trois types de services de distribution du cloud sont proposés selon un degré d’externalisation plus ou moins fort :

  • IaaS : Infrastructure as a Service. Dans ce mode de distribution, l’hébergeur cloud propose une infrastructure informatique externalisée adaptée à la demande de ses utilisateurs. Ceux-ci peuvent mettre en ligne instantanément de nouveaux serveurs ou réseaux selon leurs besoins en capacité de stockage et de performance.
  • PaaS : Platform as a Service. Il permet d’externaliser l’architecture d’exécution et les applications middleware (système d’exploitation, bases de données). L’entreprise ne contrôle pas l’infrastructure cloud mais peut configurer l’environnement d’hébergement.
  • SaaS : Software as a Service ou logiciel comme un service désigne les solutions où le fournisseur de l’application web est responsable de tout le matériel, du stockage, des serveurs et des réseaux de ses clients. L’utilisateur n’a plus qu’à paramétrer son architecture technique pour y intégrer le logiciel SaaS. Ce type d’hébergement est de plus en plus répandu, notamment grâce à la sécurisation croissante de cette technologie.
Si le cloud était une pizzeria Si le cloud était une pizzeria


Source Hosting Advice


Marché du cloud

Aujourd’hui, le besoin d’accéder à ses données n’importe quand, n’importe où et depuis n’importe quel support est essentiel. Ce phénomène est surnommé ATAWAD pour “Any Time AnyWhere Any Device”. Cela explique que les fournisseurs de service cloud soient davantage sollicités, avec un chiffre d’affaires qui a augmenté de 24% en 2017 selon Synergy Group.

Les grands comptes du secteur informatique qui exploitaient jusque là des serveurs internes investissent de plus en plus dans le cloud-computing. Leur première préoccupation ? Obtenir plus de sécurité selon 30% d’utilisateurs du Cloud public et 28% du Cloud privé selon l’IDC. 451 research, un cabinet de recherche et de conseil, va même jusqu’à estimer que 69% des entreprises seront dotées d’environnements multi-cloud ou hybrides d’ici 2019.


Avantages et inconvénients du cloud

Avantages et inconvénients par type de Cloud Avantages et inconvénients par type de Cloud


Tarifs : quelle solution cloud choisir ?

Le prix de l’hébergement peut être forfaitaire ou à la demande, selon des critères techniques comme la capacité de stockage et leur utilisation.

Le cloud public est peu coûteux dès sa mise en place étant donné que son coût est amorti rapidement sur l’ensemble de ses utilisateurs. Le cloud privé a un coût fixe déterminé par le type de serveur utilisé et sa puissance de stockage et de maintenance. Il varie parfois selon le nombre d’utilisateurs.

Avec l’IaaS, les ressources sont facturées en temps réel, selon qu’elles sont créées ou supprimées. Il convient donc à ceux qui n’ont pas besoin d’investir dans la gestion d’un système en interne. Quant à lui, le PaaS permet des économies de développement et d’infrastructure.


L’info à retenir

Le cloud computing est un mode d’hébergement d’éléments numériques sur des serveurs informatiques utilisés à distance grâce au réseau internet.